Opter pour l’alternance lors de ses études supérieures

Guid'Formation | 16.09.2016 à 10h17 Mis à jour le 16.09.2016 à 10h17
image

S’il y a bien un format d’études qui est en pleine expansion de nos jours, c’est l’alternance. De plus en plus d’élèves choisissent cette option. Le but ? Engranger une expérience professionnelle significative et s’en servir pour intégrer plus facilement le marché du travail.

Il y a pléthore de formations qui proposent la voie de l’alternance à leurs élèves. Et cela dans de nombreux secteurs : BTS, DUT, CFA, écoles spécialisée (commerce, communication…) et même en université. L’alternance est possible tout au long des études supérieures. Bac +2, Bac +4 ou bien encore Bac +5, il y en aura pour tous les goûts et tous les profils.

Focus sur une solution post-Bac qui a tout pour plaire.

L’alternance, qu’est-ce que c’est ?

Comme son nom l’indique, l’alternance va découper l’emploi du temps de l’étudiant en deux phases :
  • Temps de cours au sein de l’organisme de formation ;
  • Présence dans l’entreprise d’accueil.

Ces deux phases vont constituer un temps de travail hebdomadaire qui sera de 35h. En effet, le temps de formation fait partie intégrante de la durée du travail.  L’étudiant qui va signer un contrat d’alternance ne sera ni stagiaire ni élève, il aura le statut de salarié en formation.

L’alternant fait partie intégrante de l’entreprise à laquelle il appartient et bénéficie, de fait, des mêmes droits que les autres salariés : congés payés, protection maladie, maternité, accidents du travail… Mais qui dit droit, dit également devoir et l’étudiant-salarié devra se soumettre au règlement intérieur de l’entreprise.

Concernant le rythme de la formation, il sera différent selon la formation choisie. Les rythmes les plus fréquents sont les suivants : 3 jours en entreprise/2 jours à l’école ou bien encore 2 semaines en entreprise/1 semaine à l’école.

Avantages et inconvénients de ce type d’études

Opter pour la voie de l’alternance n’est pas une décision qu’il faut prendre à la légère. En effet, cela risque de modifier considérablement la vie de l’étudiant et de lui faire prendre un rythme qu’il n’est pas toujours évident de maitriser.

Ce système possède de nombreux avantages qui plaisent fortement aux personnes intéressées. Tout d’abord, intégrer le monde de l’entreprise au cœur même de ses études donnera une expérience professionnelle non négligeable qui sera un atout de poids lors de la recherche d’un emploi. De plus, l’alternance permet à l’entreprise de former son apprenti de la façon dont elle le souhaite, ce qui débouche, dans près d’un tiers des cas, par une embauche du désormais ex-alternant.

Autre avantage, le côté financier ! En effet, l’alternant va bénéficier d’une rémunération qui variera en fonction de l’âge, de la durée du contrat et du type de diplôme préparé. Elle ira de 25 à 78% du SMIC. Le coût de la formation sera également pris en charge, ce qui réduira considérablement les frais étant donné que certaines formations d’écoles de commerce peuvent aller jusqu’à plus de 10 000€ l’année.

Parmi ses avantages non négligeables, se glissent également quelques inconvénients qu’il est nécessaire de connaitre avant de faire son choix. Il est nécessaire de savoir que le rythme est imposé peut parfois être déroutant pour bon nombre d’alternants. Une certaine maturité est nécessaire étant donné que l’alternant devra mener à bien les travaux de cours et les missions professionnelles qui lui seront confiées.

Le fait de « jongler » entre deux établissements peut également être synonyme de fatigue pour l’étudiant, surtout si ces deux entités sont assez éloignées géographiquement. Cela va également poser des questions de logement : doit-on prendre un logement proche de l’école ? De l’entreprise ? Est-il possible de le prendre entre les deux ?

Les différents types de contrats possibles

Lorsque l’étudiant devient alternant, ses nouvelles fonctions seront établies dans un contrat qui pourra prendre deux formes : un contrat d’apprentissage ou bien un contrat de professionnalisation.

Le contrat d’apprentissage est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans inclus. C’est un moyen qui permet de s’insérer dans la vie professionnelle, de découvrir le monde du travail et de préparer un diplôme reconnu par l’État. Il est généralement d’une durée de 2 ans mais il peut varier de 1 à 3 ans selon le diplôme préparé. Il s’effectue dans tous types d’entreprise sauf dans le secteur public à caractère industriel ou commercial.

Il s’agit du contrat le plus fréquemment utilisé dans le cadre de l’alternance. Il forme la plupart du temps des jeunes issus de CFA (centre de formation d’apprentis) à des métiers plutôt manuels. Même s’il est présent dans tous les domaines.
Le contrat de professionnalisation va concerner également les jeunes jusqu’à 25 ans inclus. Le plus souvent, il s’agit d’un CDD de 2 ans (ou 1 an) qui inclut une action de professionnalisation : c’est-à-dire une alternance entre cours et mission en entreprise d’une durée minimale de 6 mois.

Il vise principalement à préparer des formations courtes qui débouchent sur un certificat reconnu par une branche professionnelle ou bien un titre certifié RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles).

La principale différence avec le contrat d’apprentissage réside dans le fait que l’on ne peut pas effectuer son « contrat pro » dans toutes les entreprises. En effet, il est impossible d’effectuer ce type de contrat dans la fonction publique.

Trucs et astuces pour décrocher son alternance

La principale difficulté d’un contrat d’alternance consiste à trouver une entreprise d’accueil qui est en adéquation avec la formation suivie. Et parfois, trouver la perle rare n’est pas chose aisée…

Rechercher une alternance s’apparente à une recherche d’emploi classique. Avant d’entamer la recherche par ses propres moyens, il convient de se renseigner auprès de l’organisme de formation dans lequel on va effectuer notre alternance. Celui-ci peut avoir des relations et des collaborations avec de multiples entreprises qui prennent régulièrement des alternants.

Cette recherche doit débuter très en amont de la rentrée. Il faut s’y prendre à l’avance et débuter sa prospection dès le mois de mars/avril pour une rentrée en septembre/octobre. Les recruteurs apprécieront le fait que vous ayez anticipé et cela vous laisse du temps pour préparer, murir votre réflexion et bâtir un projet solide.

Il ne faut pas hésiter également à s’appuyer sur son réseau personnel. Vous avez effectué un stage dans le cadre de vos études qui s’est bien déroulé ? Contactez-les en priorité.

Ne surtout pas négliger vos candidatures ! Voilà un conseil précieux. En effet, il est intéressant d’adapter le CV et la lettre en fonction de l’entreprise et du poste visé. Le recruteur se sentira alors valorisé et votre candidature aura plus de poids que les autres. Car il ne faut pas oublier que vous êtes en concurrence avec d’autres personnes désireuses, elles aussi, de décrocher le poste. Il faut donc chercher ce qui vous démarquera du reste de la concurrence.

Une fois que les candidatures sont envoyées arrivent le moment des entretiens. Une étape cruciale qu’il convient de préparer pour être le mieux armé possible. Pour cela, vous pouvez lire notre article « Entretien d’embauche : comment l’aborder sereinement ? » en cliquant sur le lien ci-dessous :
http://www.apres-bac-es.com/entretien-dembauche-comment-laborder-sereinement-.html

Témoignage

L’équipe de Guid’Formation a rencontré Benjamin, futur étudiant en Master 1 de Communication, qui nous raconte sa troisième année de Bachelor effectuée en alternance :

« Après mon BTS Communication, je souhaitais poursuivre mes études et leur donner une dimension plus professionnelle. J’ai donc opté pour un Bachelor en alternance afin de mettre le pied dans le monde professionnel. Même si j’ai effectué des stages durant mon BTS, cela m’intéressait de me former tout au long d’une année au sein d’une même entreprise.

J’ai entrepris mes recherches dès le mois de mars, une fois que mon choix d’école était fait. J’ai passé le concours d’entrée, que j’ai obtenu et j’ai donc pu me concentrer sur ma recherche d’entreprise en parallèle de mon BTS. Cette recherche peut parfois paraitre longue et difficile. J’ai envoyé une centaine de CV pour obtenir trois entretiens dont un a eu une issue positive. J’ai passé ma première année d’alternance en tant que Rédacteur/Conseiller en Communication dans cette entreprise qui m’a tout récemment renouvelée sa confiance pour deux années supplémentaires.

Si je peux conseiller les étudiants désireux de se lancer dans la voie de l’alternance, je leur dirais d’être sûrs de leur choix. Si les côtés financiers et professionnels sont attractifs, il peut arriver parfois de se sentir découragé devant des candidatures sans réponses ou un rythme de travail trop élevé.  Il faut donc s’armer de motivation, de patience et de persévérance. Mais le jeu en vaut la chandelle !

Je peux dire aujourd’hui que ma première année s’est très bien déroulée et que les deux prochaines vont servir à engranger une expérience professionnelle toujours plus grande pour tenter de devenir un vrai professionnel de la communication ! »
 
Un étudiant sortant d’un parcours en apprentissage peut se montrer confiant quant à son avenir ! En effet, plus de 80% des anciens alternants ont un emploi six mois après avoir obtenu leur diplôme.