Les filières et formations spécialisées

image
 Publicité, tourisme, comptabilité, immobilier, environnement, architecture, travail social… Si ces secteurs vous tentent, voici un rapide aperçu des formations qui vous sont accessibles.

 

Les écoles d’art et de design

Artiste dans l’âme, pourquoi ne pas s’orienter vers une formation de design ou d’arts appliqués ? Ce choix doit répondre à une véritable vocation, mais sachez qu’une pluralité de carrières existe. En effet, la création et la conception peuvent s’appliquer à différents supports comme le graphisme mais également l’espace (les espaces verts, l’habitat), le cinéma d’animation, le textile…

 
Les écoles d’architecture
 
20 écoles d’architecture publiques, dépendant du ministère de la Culture, recrutent les bacheliers sur dossier, entretien ou épreuve.
LMD oblige, le cursus de ces écoles a été rénové : elles délivrent désormais le diplôme d’études en architecture (après 3 ans, licence) et le diplôme d’Etat d’architecte (après 5 ans d’études, master). Pour être architecte à votre propre compte, il faut un an de formation supplémentaire, sanctionné par la capacité à exercer la maîtrise d’œuvre : l’habilitation à l’exercice de la maîtrise d’œuvre en son nom propre.

Pour en savoir plus
 : www.archi.fr
 
 
L’interprétariat et la traduction
 
Amoureux des langues étrangères, sachez que l’interprétariat offre de belles perspectives d’insertion professionnelle, notamment dans les grandes institutions internationales. Veillez à compléter votre profil avec la maîtrise d’une langue rare, comme le russe ou le chinois, pour vous donner toutes les chances. Ces métiers sont le plus souvent accessibles via les concours de la fonction publique.
Concernant les métiers de la traduction, sachez qu’ils s’orienteront de moins en moins vers la littérature mais s’appliqueront à des secteurs précis, voire techniques, tels que le droit ou les nouvelles technologies.
 

Le journalisme et la communication

Pour travailler dans la publicité ou la communication, il est préférable de poursuivre jusqu’en licence car un seul BTS ne vous sera pas toujours profitable. La licence professionnelle vous permettra d’entrer directement dans le monde du travail tandis que la licence vous ouvrira les portes d’un master professionnel au sein d’une université ou d’une école spécialisée.
Si vous avez l’âme d’un journaliste, aucun diplôme n’est obligatoire même si sortir d’une école reconnue par la profession vous sera forcément bénéfique. 14 écoles sont reconnues par la convention collective des journalistes. A défaut, l’obtention d’un master est quasi vitale mais veillez à armer votre CV par la tenue d’un blog ou d’une première expérience de pigiste.

 
Le travail social et les formations paramédicales

Assistant(e) social(e), éducateur de jeunes enfants, éducateur spécialisé... si ces métiers vous tentent, n’hésitez pas à rejoindre une école spécialisée en travail social, vous délivrant un diplôme d’État.
Ces formations spécialisées nécessitent de la maturité et une motivation solide.
Pour en savoir plus : www.social.gouv.fr.
 
La plupart des formations du paramédical nécessitent 3 à 5 ans d’études et débouchent sur l’obtention d’un Diplôme d’Etat (DE) ou bien d’un Certificat de Capacité (CC), indispensables pour exercer en tant qu’infirmier, orthophoniste ou encore ergothérapeute. Là aussi, il s’agit de voies réclamant une véritable attraction pour le métier.