Franck Pissochet : "Les femmes sont très recherchées dans le numérique"

Guid'Formation | 28.02.2017 à 17h55 Mis à jour le 07.03.2017 à 11h29
image

Le directeur de la Communication et des Admissions de l’ESIEA, école d’ingénieurs en sciences et technologies du numérique, nous fait part des nouveautés de l’établissement et du marché où les femmes sont très demandées.
 
Guid’Formation : Les profils de vos étudiants ont-ils évolué ?
Frank Pissochet : En première année, les étudiants ont toujours un profil Bac S à 80%. Nous sommes aussi ouverts aux bacheliers STI2D ou même ES spé. maths. A l’ESIEA, on peut entrer en 3è année après un IUT ou une classe préparatoire. Par ailleurs, depuis 2 ans, nous accueillons des étudiants de médecine (des jeunes femmes pour la plupart) en 2è année avec un accompagnement spécifique en mathématiques, physique, informatique et électronique (dispositif PassESIEA2). Ils sont notamment intéressés par notre nouvelle filière Numérique & Santé, en lien avec un laboratoire. Ce domaine est porteur pour les activités liées aux opérations à distance, à la réalité virtuelle, pour la rééducation (avec les problématiques de sécurité informatique des informations médicales et des objets connectés).
 
Guid’Formation : Quelles sont les autres grandes filières que vous proposez ?
F.P. : Nous avons une filière importante dédiée au Big Data et à l’intelligence artificielle en lien avec notre laboratoire qui vient d’ouvrir cette année. Autre nouveauté : le parcours en cybersécurité de l’école a été labellisé SecuNumEdu. Il concerne bien évidemment les majeures et mineures en sécurité informatique de 5è année mais pas uniquement puisque l’ensemble des étudiants bénéficie d’un socle de connaissances solides en la matière.
Enfin, nous avons ouvert une section internationale en 1ère année avec 75% de cours en anglais, qui se distingue notamment par l’apprentissage d’une culture spécifique par an (la culture asiatique cette année et la culture « latino » l’an prochain). Les étudiants concernés partiront à l’étranger dès la fin de la 1ère année et au premier semestre de la 2è année. A noter que les autres étudiants de l’école ont une expérience d’au moins 3 mois à l’international lors de leur parcours.
 
Guid’Formation : Quelle sont les marchés de votre secteur les plus porteurs ?
F. P. : Il s’agit du Big Data, de la Data Science et de la Cybersécurité. Ce sont d’ailleurs les filières qui ont le plus la côte à l’école. Les ingénieurs femmes sont particulièrement recherchées dans le domaine du numérique. Les recruteurs souhaitent féminiser leurs équipes, les femmes ayant une approche différente dans la gestion de projet. On peut donc affirmer que les étudiantes se lançant dans la filière sont certaines de trouver du travail !
 
Propos recueillis par Nathalia Kapferer