Le BTS MUC –Management des Unités Commerciales- après un Bac ES

Guid'Formation | 24.08.2016 à 15h51 Mis à jour le 24.08.2016 à 15h52
image

La voie du BTS est une voie à ne pas négliger lorsque l’on pense à l’après Bac ES. En effet, près de 15% des étudiants provenant de la filière « économique et sociale » se sont dirigés vers ce type de cursus en 2014.

Particulièrement adapté à un public ES qui possède une culture générale solide et une certaine aisance à l’oral, le BTS MUC va permettre d’acquérir des compétences dans le domaine de la relation client et la vente. Tout cela couplé à des compétences managériales qui seront au cœur du futur métier de notre étudiant.

Zoom sur une formation qui se veut au plus près des réalités du marché de l’emploi.

Pourquoi opter pour le BTS MUC ?

Le BTS MUC prépare les étudiants au contact direct avec la clientèle, qu’elle soit particulière (B to C) ou professionnelle (B to B). Il est donc capital de former les futurs diplômés à ce que sera leur métier futur.

Si les domaines de la vente, de la relation clientèle et du management vous plaisent, cette formation correspond totalement. En effet, l’objectif est d’obtenir la responsabilité (partielle ou entière) d’une unité commerciale.

Cette formation va permettre à nos bacheliers ES de développer des acquis et des compétences nécessaires à la réussite de leur carrière professionnelle :
  • Capacité d’expression écrite et orale ;
  • Maitrise des technologies de l’information et de la communication (TIC) ;
  • Prise en compte des besoins et des attentes des clients ;
  • Pratique de deux langues étrangères dont l’anglais…

Autant d’atouts qui serviront à mener à bien les actions que l’on pourra demander à notre bachelier ES : management de l’équipe commerciale, gestion prévisionnelle et évaluation des résultats, gestion de la relation clientèle…

Les matières enseignées dans cette formation

Côté emploi du temps, la charge de travail sera sensiblement la même que lors de la terminale ES. On pourra compter un volume horaire d’environ 30h par semaine.  L’enseignement sera riche avec un nombre important de matières. L’élève aura un gros bloc de trois cours : Management et gestion des unités commerciales, Gestion de la relation clientèle et Développement de l’unité commerciale. A elles trois, elles correspondent à plus de la moitié des heures de cours hebdomadaires.

On retrouvera ensuite le reste des matières qui serviront à compléter l’enseignement et à préparer notre bachelier économique aux rouages du monde commercial :
  • Économie et économie d’entreprise ;
  • Culture générale et expression ;
  • Droit ;
  • Informatique commerciale ;
  • Communication ;
  • Langues vivantes étrangères…

Au terme de ces deux années d’études, le Brevet de Technicien Supérieur attend les futurs diplômés. Mais comment se déroule cette épreuve ? Eh bien, elle est composée des trois types de notations : écrites et orales lors de la traditionnelle semaine d’examen plus des CCF (contrôles en cours de formation) durant la deuxième année.

Les épreuves à plus gros coefficient sont celles de Management et gestion des unités commerciales (écrit/coeff 4), Analyse et conduite de la relation commerciale (CCF/coeff 4) et Projet de développement d’une unité commerciale (Oral/coeff4). Rien d’insurmontable pour des bacheliers ES qui, pour certain, ont connu une épreuve coefficient 9 lors de leur Bac !

Notez également que ce diplôme est accessible en alternance dans certains établissements. Ce qui renforce un peu plus son côté professionnalisant.

Quid de la suite après ces deux ans d’études ?

Les deux années d’études ont été une réussite et l’obtention du BTS s’est déroulé sans problème ? Il est donc temps maintenant de penser à l’après Bac +2.

Il y a deux solutions qui s’offrent aux étudiants : poursuivre ses études ou rentrer directement sur le marché du travail.
  • La poursuite d’études : le plus souvent, les diplômés poursuivent leurs études au sein d’une licence pro qui, en un an, leur donnera une spécialisation supplémentaire. Il n’est pas rare de rencontrer des formations dans le domaine de la banque, de la finance, de l’assurance du marketing et bien entendu, du commerce.
  • L’insertion sur le marché du travail : les postes auxquels pourront postuler les tout jeunes diplômés seront des postes de chargé de clientèle, conseiller commercial, assistant chef de rayon… Au fur et à mesure des années et de l’expérience accumulé, les responsabilités feront leur apparition et les intitulés de postes évolueront (directeur de magasin, manager de rayon, chef de secteur…).